18 juin 2007

Bonjour tout le monde.

Ça fait longtemps que je ne vous ai pas parlé alors voici un petit mot.
Commençons par les mauvaises nouvelles: les Sept Jours du Talion vient d’essuyer un quatrième refus à Téléfilm et Sodec. C’est vraiment déprimant. Podz (le nouveau réalisateur) croit qu’ils ont peur de ce film: trop ambigu, trop heavy. On va avoir une rencontre cette semaine pour en jaser. Je sais pas ce qu’on va faire par la suite, mais moi je commence à songer de plus en plus à faire ce film de manière plus underground, sans financement majeur, mais plus libre. À voir.

On s’est fait dire non aussi par SODEC pour 5150, mais ça, on le voyait venir: c’est une première demande, donc. On se reprend cet automne.
LE scénario d’Aliss avance mais franchement, s’ils n’osent pas financer le Talion, ils ne financeront jamais Aliss!!!

La cinéma me déprime donc ces temps-ci, mais heureusement, la littérature va bien. LE VIDE a été numéro un au Québec pendant trois semaines et est numéro 21 chez Renaud-Bray même après quatre mois. On est déjà à vingt-cinq mille copies de vendues, c’est fou! Les lecteurs du magasine ICI de Montréal ont voté pour le VIDE comme étant leur livre québécois préféré des douze derniers mois. D’ailleurs, cet été, une nouvelle inédite de moi paraîtra dans ICI.

Pour ce qui est du VIDE, un petit mot ici: je sais que ce roman susciste toutes sortes de réactions parmi vous. Certains l’adorent, d’autres l’aiment moins. Je m’attendais à ça. LE VIDE est un roman différent des autres que j’ai écrits et c’est pour cela que j’en suis fier. Je crois qu’un écrivain doit se donner de nouveaux défis, allez voir dans d’autres zones et c’est ce que j’ai fait. Je vais avoir quarante ans et j’ai besoin de réfléchir à des choses graves et importantes, et c’est ce que j’ai essayé de faire faire avec ce roman. Oui, il est long, oui il y a moins d’action et d’horreur, mais j’ai toujours dit que je n’écrirais peut-être pas de l’horreur toute ma vie. Je crois que LE VIDE est un roman plus mature que les autres. C’est ce que je pense, mais je peux comprendre que certains soient déçus. Ça ne veut pas dire que je ne ferai plus de livres d’horreur pure, ça veut juste dire que je me donne la liberté de tout faire.

En septembre sortira mon premier roman pour enfants: SEPT COMME SETTEUR, aux éditions de la Bagnole. J’en suis très content. C’est rigolo et il y a plein d’action. J’ai hâte de voir comment les enfants réagiront. Et je trouve encore le moyen de faire référence à un de mes anciens romans!

J’ai en ce moment deux idées pour mon prochain roman pour adultes: une qui est très suspense-horrifique en lien avec internet (donc plus dans mon style habituel), et une autre plus humour noir en lien avec un auteur d’horreur qui serait… moi! (donc moins dans mon style habituel). Aucune idée encore laquelle je vais choisir… Je me donne l’été pour me brancher.

Encore merci de me lire et d’être si nombreux à dire vos opinions. Je suis chanceux d’avoir un public si fidèle! Bon été à tous!

Patrick Senécal

  • 18 juin 2007
  • 2007

Laisser un commentaire 0 Commentaires

Laisser un commentaire: